Construction navale

Les deux épaves de la Natière se caractérisent par une charpente bien conservée, identiquement préservée sur le flanc tribord. L’analyse comparative des deux architectures permet d’y distinguer des similitudes et des différences.
Au titre des ressemblances, on signalera un emploi généralisé du chêne qui, dans ce contexte, ne saurait surprendre. Encore que la charpente de L'Aimable Grenot fasse également un large appel au hêtre. On mentionnera également le recours identique à une membrure double, solide et à maille réduite, bien adaptée aux conditions spécifiques de la navigation au Ponant où le régime des marées impose des coques robustes, aptes à résister au stress des échouages. Les deux épaves révèlent également le même usage fréquent de membrures partiellement non écorcées et de pièces architecturales souvent taillées en frange extrême du bois disponible.
Au titre des divergences, hors de l’emploi massif du hêtre pour la charpente de L'Aimable Grenot, on notera surtout le système original de construction de la Dauphine. Son principe repose sur une quille de section particulièrement modeste et sur l’emploi de clefs insérées sous la carlingue, entre les membrures. La coque de la Dauphine semble par ailleurs d’un échantillonnage nettement moins imposant que celui dont a bénéficié L'Aimable Grenot mais les bois utilisés y paraissent en revanche de meilleure qualité. La construction de L'Aimable Grenot atteste, en effet, un recours massif à des bois jeunes et stressés, à l’exception du façonnage des porques qui fait appel à des arbres centenaires.

Liste des chapitres