Théorie et pratique

De même que les dimensions de la carène résultent de l’application méthodique de règles de proportion entre la longueur de quille portant sur terre et la largeur et le creux au maître-couple, la dimension des agrès embarqués est le fruit d’un savant calcul de proportions. Ainsi, dans les traités, la longueur d’une poulie ou la circonférence d’un mât ou d’un cordage sont fréquemment exprimées par rapport aux dimensions principales du navire. Il importe en conséquence que l’archéologue connaisse l’existence de ces règles de proportion, mais il ne doit pas négliger pour autant d’observer crûment la réalité historique de l’épave. De la théorie à la pratique, d’un chantier naval à l’autre, de nombreux facteurs économiques et humains, tels que l’environnement technique, la pénurie ou la possibilité de réutiliser certains articles, influent en effet et conditionnent les choix de la construction.
Dorénavant identifiée comme la frégate royale la Dauphine construite au Havre en 1703, l’épave Natière 1 révèle ainsi des parti pris originaux et des tâtonnements techniques peu orthodoxes. Les données archéologiques mettent de fait en lumière des solutions techniques probablement improvisées sur le chantier par l’un des principaux maîtres charpentiers de Louis XIV. Bâtie quelque 45 ans plus tard, dans un contexte privé, la frégate L'Aimable Grenot paraît à cet égard de facture nettement plus classique, tant dans ses proportions que dans sa morphologie.

Médias

D. R.
Règlement et proportions qu’on observe à la construction des Vaisseaux et Frégates légères, conduits par la huitième partie de leur longueur de l’estrave à l’Estambot, à mesurer de dehors en dehors. Ouvrage anonyme, Construction des vaisseaux du Roy, Le Havre, 1691.
Teddy Seguin (Adramar) © MCC / DRASSM
Courbe de deuxième pont de L'Aimable Grenot (1749). La présence d’une pièce de remplissage posée au contact du vaigrage permet de diminuer la section de cette pièce en bois courbant. (Cliché : NAT06_SM0687)
Encyclopédie méthodique marine
L’approvisionnement en bois courbant nécessaires pour les membrures et les courbes de marine. Encyclopédie méthodique marine, planche 103. (Dessin : NAT04_I0002)
Frédéric Osada (Images Explorations) © MCC / DRASSM
Traits et cercles inscrits à la surface de l’un des accotars glissés dans la maille de la membrure avant de l’épave de la Dauphine. Il s’agit probablement d’une marque de repérage de charpentier dont la signification nous échappe encore. (Cliché : NAT00_SM0016_FO)
Teddy Seguin (Adramar) © MCC / DRASSM
Vue de la face latérale bâbord de la structure longitudinale de la Dauphine, en avant du maître-couple. On y voit la quille, les varangues entre lesquelles sont intercalées des cales massives et la carlingue St 82. Celle-ci est composée de deux sections assemblées par un écart long. (Cliché : NAT04_SM1058)
Cliché J. Blondel. Archives Nationales
Dessin pour démontrer les quatre Pompes. Coupe prise sur la frégaste du Roy l’Estoille. La coupe de cette frégate légère montre des caractéristiques similaires à l’épave de la Dauphine (1704) : une même quille de faible section en comparaison de la carlingue et un profil pincé au maître couple. Il pourrait s’agir de L’Étoile, construite au Havre par Cauchois en 1703. Aquarelle de Gueroult. (Série 6JJ89 page 74)
Teddy Seguin (Adramar) © MCC / DRASSM
À l’instar des autres courbes de pont de la frégate la Dauphine (1704), cette courbe est de forme simple et régulière. Elle prend appui sous le barrot de pont et sa base est encochée au dessous d’une serre. (Cliché : NAT05_SM0785)
Teddy Seguin (Adramar) © MCC / DRASSM
Les courbes de premier pont de la frégate L'Aimable Grenot (1749) sont galbées et chanfreinées. Elles sont positionnées latéralement au barrot de pont. (Cliché : NAT07_SM0607)

Bienvenue sur le site de la Natière

/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player 10.1 et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

Installer le flash player

Pour pouvoir afficher correctement ce site, il est nécessaire de disposer du plugin Flash Player 10.1.

Ce logiciel gratuit est facilement téléchargeable sur le site Adobe.

Ce plugin Flash fonctionne sur les navigateurs suivants : Internet Explorer, Netscape, Opera, Mozilla, Safari, Chrome. Il est compatible avec Microsoft Windows, Apple MacOs, Linux, Solaris et Pocket PC.

La procédure pour télécharger ce plugin est la suivante :

1. Aller sur le site de Adobe Flash Player et cliquez sur le bouton "Télécharger Flash Player"



2. Vous devez accepter les conditions d'utilisation d'Adobe Flash Player en cliquant sur le bouton "Accepter et installer dès maintenant".




3. Si une fenêtre d'avertissement de sécurité apparaît, cliquez sur "Oui" pour accepter l'installation de Flash Player.




L'installation se fait très rapidement ; il n'est pas nécessaire de redémarrer le navigateur.

Pour toutes autres questions concernant Flash, vous pouvez consulter le site Adobe ou contacter votre revendeur informatique.

Accéder à la version accessible