Le circuit des échanges

Les points forts du négoce
Implantée sur un site maritime singulier dont la géographie complexe, sinon inhospitalière, s’est pourtant révélée au cours des siècles un atout exceptionnel, la bourgeoisie marchande malouine a progressivement étendu aux XVIIe et XVIIIe siècles son activité maritime à la planète entière. Il n’est guère en effet d’horizon que ses navires ne côtoient et il est de pratique pour les fils des Messieurs de Saint-Malo d’aller durant quelques années s’établir dans l’un de ses lointains comptoirs, tout particulièrement andalous, où les Malouins tiennent régulièrement commerce.
Enfermée dans ses murs, la ville ne possède pourtant pas, contrairement à Nantes, la grande rivale bretonne, de manufacture dont les productions puissent légitimement justifier la croissance de ses trafics portuaires. Mais le rapide développement des armements maritimes, au commerce ou à la pêche, qui concourt à soutenir la démocratie urbaine, génère parallèlement la consolidation d’un marché de consommation qui justifie lui-même un commerce d’importation non négligeable, produits alimentaires, matériaux de construction, bois à bâtir …. Des centaines de barques venues souvent des côtes proches de Bretagne ou de Normandie, mais parfois de bien plus loin, assurent ce trafic dans une proportion qu’André Lespagnol, le grand spécialiste du commerce malouin de la période, estime croître de 15 à 25% du trafic portuaire global entre 1680 et 1725.

Médias

© BnF Estampes
St Malo. Vue cavalière de Saint-Malo depuis Saint-Servan. La ville est à l'étroit dans ses remparts, à droite, le château médiéval de Saint-Malo. Fin XVIIe siècle. Cote Va35_H1252224
© BnF, Cartes & Plans
Plan de St Malo en l'estat qu'il est aux plus basses marées des Équinoxes, vers 1700. Ce plan figure les nombreux écueils qui parsèment les accès au port, les mouillages de la rade de Rance et le port d'échouage de Saint-Malo. Cote BnF, Res Ge DD4586(6)Pi33. Cliché 93C205120
© BnF
Vue de Saint-Malo (planche pour la "Topographie française"). (Cote cliché : RC-A-05884. Réalisée en 1641, par le dessinateur Claude de Chastillon (1559-1616). Département "Estampes et photographie", catégorie "Estampes", collection ou fonds : Lallemand de Betz, 2142, Folio p. 118).
© Ministère de la culture et de la communication
Carte représentant les grands ports commerciaux de la première moitié du XVIIIème siècle.
© Ministère de la culture et de la communication
Carte représentant les grands ports commerciaux de la première moitié du XVIIIème siècle.

Liste des sous-chapitres